Face ciel

Ciel et façade

 » Elle se passe de la crème sur les mains sans rien dire.
Il place ses cheveux derrière ses oreilles. Il entend encore.
Elle tue les araignées avec ses pieds.
Il attrape ses pâtes avec sa fourchette.
Elle ne demande rien. Il dessine avec d’autres des images.
L’air des machines est intacte.
Il attrape de la douceur entre les sons des rues.
Du jazz. Des paroles. L’origine en visages.
De la terrasse, elle et lui devinent la neige.
Skier sur l’asphalte.
Chiens de traineaux en bas de l’immeuble.
Elle parfume le salon d’huiles.
L’essentiel pour lui son lit. « 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s